Éveil

Tout est un, tout est soi-même, tout est son propre reflet/projection.
Étant le centre/cœur de toute chose, on est créateur de tout ce qui nous entoure,
de tout ce qui vient à nous dans la vie et tout cela est soi-même.
Il n’y a qu’un seul Être, qu’une seule conscience, qu’une seule et même vie en toute chose, qu’un seul et même ensemble.
C’est la même vie qu’il a dans tous les corps mais différente dans chaque contenu.
Pareillement, c’est le même air qu’il y a dans un vase, à l’extérieur du vase et dans le vase d’à côté.
Ainsi que la matière qui est partout même et présente mais différente et changeante en fonction de la conscience l’habitant et l’observant, donc de la fréquence émise. Le vide ça n’existe pas à part les vides qu’il y a besoin de remplir en soi.
On est la Source et la lumière, toujours dedans, car on n’en a jamais bougé. Tout a toujours été ici et maintenant. Ce sont les choses qui bougent en soi.
 
 
Une goutte dans l’océan ne se croit séparée que si elle ne se voit pas ni dans les autres gouttes d’eau ni dans l’environnement qui l’entoure et l’imprègne : l’océan tout entier. Il s’agit seulement de son propre état de division, de sa perception duelle de séparation, non pas de la réalité.
Mais son plan de séparation est une réalité pour elle.
Seul l’être duel crée l’illusion (division – séparation), et ne se voyant pas comme Dieu (l’univers tout entier) “ou la Source” : lui-même, il dit que l’illusion son reflet n’est pas Dieu (ou la Source). Il est donc le seul à avoir besoin d’illuminer sa nature de sa présence divine et universelle avec laquelle, pour l’heure, il se bat. Il n’y a pas d’ombre ou de dualité extérieure autre que celle projetée depuis l’intérieur de soi.
De même, la densité vue à l’extérieur n’est que ce qui en soi n’a pas été illuminé.
Expérimenter l’illusion est une étape nécessaire, avant de s’apercevoir que tout est lumière quand on s’est illuminé, donc en éclairant parfaitement.
L’ombre, la dualité, un monde qui se meurt, n’ont jamais existé que dans le temps qu’il faut pour se réveiller.
La matière c’est de l’énergie, l’énergie c’est de la lumière.
Quand l’énergie est compressée on obtient la matière, quand l’énergie est dilatée on obtient la lumière.
Toute matière est divine. Si l’on ne voit pas cette matière comme divine, étant lumière, on se perd dedans.
De part sa transformation intérieure, on change la matière extérieure.
Si l’on voit du jugement pour soi venant de l’extérieur, qu’est-ce que cela signifie ?
Que l’on se positionne dans un état de victime d’une part, en accusant un extérieur qui ne serait pas soi. Et d’autre part, que l’on se place dans son illusion de dualité (division – séparation), inconscient qu’il s’agit de son propre reflet. Sans se juger soi-même, il n’y a pas de jugement.
Il ne peut arriver de choses désagréables, si l’on n’est pas déconnectés et/ou inconscients. C’est à soi-même qu’il revient de se réveiller et de sortir de ses propres projections liées à son état endormi, non aimé, non accepté ou pas totalement. Un extérieur indépendant de soi n’existe pas.
En vivant dans la dualité, on est le seul à s’autodétruire, parce que tout étant soi-même, on n’est duel qu’avec soi-même.
On n’accuse plus sa création quand on sait qu’on est le créateur.
La réalité, c’est l’unité. Aucune perte d’énergie.
 
L’éveil, ce n’est pas le savoir, pas la connaissance, ça c’est juste de la théorie.
Être éveillé, c’est sentir les énergies, être dans la conscience, l’instant-présent, être dans la présence, connecté à la vie, à l’univers. C’est un constant état vibratoire.
 
 

Tout est un

Tout est un, tout est soi-même

Quand il n’y a pas d’autres qui ne soient pas soi-même.
Quand il n’y a qu’un seul être, qu’un seul et même ensemble. Quand tout est la Source, la même vie qui coule en tous et en toute chose. Une seule et même conscience qui pénètre tout. Où peut-il y avoir un bourreau, une victime et un sauveur, à part dans le plan de la division, dans l’illusion de sa propre séparation ?
Il n’y a rien de négatif. La seule chose négative, c’est de prendre les choses d’une mauvaise façon. Tout est là pour nous aider et nous entraider. Il y a besoin d’accepter et de lâcher l’ego (je veux ceci et pas cela, comme ceci et pas comme cela). Car la vie ne veut pas que l’on reste figé. La vie n’est jamais figée, on est la vie. Et il ne peut pas nous arriver des choses désagréables si nous ne sommes pas déconnectés.
Le négatif n’existe pas, tout comme la mort. Quand on se fait perdre ses énergies, on est dans le faux, et la vie nous le montre par la souffrance. Donc, s’ouvrir à la nouveauté, au changement, voir le potentiel de chaque expérience pour progresser, se transformer, en l’intégrant avec et dans l’unité. Ainsi l’expérience change.

Après les noirs, les musulmans, les juifs, les homosexuels, les vampires énergétiques, les reptiliens, les terroristes, voici maintenant le tour des pervers narcissiques ou comment s’inventer un nouvel ennemi. Dualité quand tu nous tiens… Toujours le rêve, l’illusion d’être séparé, reflet de l’inconscience. Et le monde 3D perdure.
La maya est un jeu divin dans lequel Dieu s’amuse à se croire divisé et à se battre contre lui-même, détruisant ses formes éphémères car incapable, à ce stade, de les voir unité. Et dans ce chaos, la Conscience immuable regarde l’illusion se déchirer éternellement. Création, maintien et dissolution sont un seul et même mouvement dans l’instant-présent, tout se transforme ici et maintenant. Mais la vibration de ce mouvement et ses répercussions indiquent sa nature, par conséquent le niveau de conscience en action. Cependant ce qui est en action est dans l’illusion car la Pure Conscience (véritable identité) ne bouge pas, tout bouge en elle (le monde est en soi, donc tous les êtres). De ce fait, ce qui se détruit (dualité – les pouvoirs en action divisés en eux-mêmes), ne sont pas amour (ombre – conscience endormie). Car le véritable amour : la réalité, laisse la création libre (pur amour). La réalité étant unité tout y est parfait (vibration pure). Ce qui veut dire, que lorsque l’on voit un ennemi, on n’est pas dans la réalité, mais endormi dans son rêve, et en dualité/conflit avec soi-même, ignorant sa véritable nature : le Tout/la Lumière/l’Un.
On n’accuse plus sa création quand on sait qu’on est le créateur. Tout est soi-même, tout est son propre reflet et projection. Ce qu’on regarde est soi-même. La différence est : comment s’est regardé ? Qu’est ce qui en soi perçoit, l’ego (conscience rétrécie – perte d’énergie – dualité) ou l’être divin (conscience universelle – amplification des énergies – unité) ?

Être multi

Imaginez un maçon qui travaille depuis 30 ans et se débrouille pas trop mal. Il a fini par s’y connaître en charpente et en pose de tuiles, il lui arrive même de dépanner ses amis ou membres de sa famille quand ils ont des problèmes d’électricité. Dans ses heures perdues, sa grande passion c’est la construction de maquettes de trains électriques, ce qui fait la joie des enfants lors des repas de famille.

Avoir plusieurs prédispositions est-il possible ? Connaissons-nous des gens qui sont compétents dans plusieurs domaines ?

Bien-sûr que oui. Il y a de nombreuses personnes qui sont bonnes en faisant plusieurs choses. Nous parlons dans cet exemple d’aptitudes par des savoir-faire manuels appris sur des années, mais il peut tout aussi bien s’agir de connaissances théoriques et pratiques comme pour l’administration (la gestion de dossier, l’accompagnement de clientèle, la maîtrise de logiciels, la trésorerie etc.).

On peut très bien appliquer d’une façon compétente plusieurs de nos qualités. De ce fait, un thérapeute en développement personnel ou un praticien du bien-être pourra de la même façon, s’il le souhaite, mettre en place différentes prédispositions et être tout aussi bon. Est-il possible alors, d’être un médium et guérisseur en même temps, et à côté de cela de se former à l’access bar, puis à la géobiologie et un peu plus tard au yoga ? Avec les années, ne serions-nous pas bons dans tous ces domaines ?

Il faut savoir que les facultés extrasensorielles proviennent de centres énergétiques (les chakras) ouverts. Plus ces chakras sont forts, plus les aptitudes extrasensorielles sont puissantes. Ce qui veut dire que n’importe quel humain, s’il est éveillé et en bonne santé, peut déployer et développer plusieurs qualités extrasensorielles, et ces compétences s’affinent avec le temps.

On peut donc pratiquer plusieurs activités, offrir plusieurs prestations et être assez doué. Il n’y a pas à se croire limité, ni à discréditer autrui en disant qu’on ne peut pas exercer efficacement plusieurs choses et en pensant qu’on ne peut pas ouvrir plus d’un chakra (ce qui donne accès aux aptitudes extrasensorielles). Il n’y a là aucun secret, aucune magie. On est tous là pour s’entraider, non pas à faire de la compétition.


Si on est dans la dualité (l’autre n’est pas soi), on ne voit que des egos.
Si on est dans l’unité (l’autre c’est soi), alors on est en joie des belles créations de la Source.
Et plus les autres soi font de belles choses, plus on est heureux.
On ne peut voir que soi-même, mais tout dépend de sa position.

La réalité à travers les choses

Tout comme il y a la Pure Conscience entre chaque pensée, il y a la Source entre chaque monde.
Là où l’on pose sa focalisation, on y met son pouvoir, ce qui veut dire qu’on lui donne de la force.
On comprend alors très bien, comment sortir des basses énergies, en maintenant son attention sur la réalité qu’il y a derrière les choses et non plus sur la perception erronée d’une soi-disant ombre, laquelle ne provient que de soi (mental ou densité). On conserve ainsi sa force (énergie), puisque l’on se maintient dans la réalité, on reste de ce fait dans la Vie et sa vibration.
Rester éveillé en ne créant plus un monde qui s’autodétruit (le résultat de sa propre dualité et agitation) est une question de force intérieure et de maturité.
En étant connecté, et en introduisant que de la qualité dans son corps, on n’est plus jamais victime de sa propre création inconsciente (projection et reflet).
Comme le disait Adattreya : "Tout est lumière Jardinial, mais pour explorer cette lumière il faut bien y voir quelque chose. Considère que pour voir dans la lumière tu dois faire le noir, non pas te perdre dedans."