Vivre dehors est la vraie vie.
Elle serait la plus simple et bénéfique sans la suprématie matérielle de l'Ombre et sa dictature (résultat d'une société malade, dégénérée, peureuse et obéissante). De ce fait, elle est la plus dure.
Je parle de vivre dehors en ville, tout en restant classe, sportif et gentleman. Vivre dans la nature est très facile à côté. Là, ça demande soit de faire venir une grande force, soit de dépérir.
La misère matérielle ou pauvreté matérielle ce sont les sociétés humaines, les villes, non pas le fait d'être pauvre.
Cepenpant, conquérir la Matière est l'expérience suprême de l'âme.

Prestations :

Programmes de développement :
programme master programme vivre dehors en ville et réussir programme eili3

Livres spirituels ebook/papier :

24 avril 2023

Non humain

L'humain n'existe pas sur cette planète, c'est une invention, une création artificielle génétiquement modifiée. On n'est pas humain. Notre vraie nature est plus celle d'un animal sauvage. Et les animaux sauvages sont nettement plus évolués.
Seule l'âme en nous est rĂ©elle, pas ces corps. Mais on peut utiliser ces corps pour retrouver la connexion Ă  l'âme et dĂ©velopper ses facultĂ©s extrasensorielles et sa conscience universelle. C'est l'amplitude Ă©nergĂ©tique (comme chez les animaux sauvages qui l'ont très dĂ©veloppĂ©e dans leur dimension propre). 
On a les corps animals les plus dĂ©veloppĂ©s sur cette planète mais des plus infĂ©rieurs car on se prend pour des humains (endormis, esclaves et obĂ©issants de l'Ombre), agissant donc comme des robots pour servir. Totals automates en perdition, mĂŞme après 2000 de souffrance imposĂ©e par l'Église, les plus torturĂ©s restent les plus fervents disciples. L'Église a depuis donnĂ© son pouvoir Ă  la politique et il en est de mĂŞme, se prĂ©cipitant tous pour aller voter et vendre leur vie Ă  la mĂŞme Ombre qui a changĂ© de visage. Aucune chance de rĂ©ussite. L'âme passe Ă  travers cette dimension Ă©ternelle qui se rĂ©pète sans fin, comme toutes les autres. Les humanitĂ©s changent et se rĂ©pètent. Sauf qu'on n'est pas de ces humains. La libĂ©ration viendra un jour, en faisant monter ses Ă©nergies et quand on arrĂŞtera de se prendre pour des humains et de ne plus obĂ©ir Ă  qui nous prend comme tels, ce qui est des plus rĂ©ducteurs.