Vivre dehors est la vraie vie.
Elle serait la plus simple et bénéfique sans la suprématie matérielle de l'Ombre et sa dictature (résultat d'une société malade, dégénérée, peureuse et obéissante). De ce fait, elle est la plus dure.
Je parle de vivre dehors en ville, tout en restant classe, sportif et gentleman. Vivre dans la nature est tr√®s facile √† c√īt√©. L√†, √ßa demande soit de faire venir une grande force, soit de d√©p√©rir.
La misère matérielle ou pauvreté matérielle ce sont les sociétés humaines, les villes, non pas le fait d'être pauvre.
Cepenpant, conqu√©rir la Mati√®re est l'exp√©rience supr√™me de l'√Ęme.

Prestations :

Programmes de développement :
programme master programme vivre dehors en ville et réussir programme eili3

Livres spirituels ebook/papier :

30 décembre 2022

Situation

Et dire qu'il y a 10 ans pile, je marchais p√©niblement avec des b√©quilles car j'avais trop abus√© de spiritualit√©... 
Chaque pas m'√©tait douloureux, j'avan√ßais au ralenti, comme un vieillard, ayant d√©laiss√© le corps, la mati√®re. 
Et dire que maintenant, je suis un guerrier, ayant complètement intégré sa force et énergie reptilienne (un des moi universel), l'ombre la plus totale, au service de la vie mais pas au service de l'ego. Personne ne me domine. Je domine ma vie.
Il y a 12 ans, apr√®s l'√©tat de Lumi√®re, innocent, pur, la connaissance a pris la rel√®ve et ce sont les enseignements les plus puissants mais √©galement les plus dangereux qui ont √©t√© mes ultimes croyances. 
Les croyances impactant l'√™tre au niveau √©nerg√©tique, l'√©tat de sadh√Ľ √©tait pour moi la plus grande des r√©alisations. Mais le corps n'a pas tenu. Morphine, h√īpital et plusieurs mois √† pouvoir remarcher. 
De l√† j'ai dit stop et j'ai repris le sport. C'√©tait en 2012. L'union avec la Mati√®re, la moiti√© de soi-m√™me, que je venais de comprendre. 
Les enseignements que j'avais fait miens, n'√©taient que la moiti√© de la r√©alit√©, m√™me si justes et puissants. 
La puret√© √©branl√©e, le masculin fautif et le f√©minin ni√©, il me fallait reconsid√©rer la v√©rit√©. Le corps a √©t√© le ma√ģtre. 
10 ans de retraites spirituelles dans les for√™ts, cherchant l'√©tat parfait de Lumi√®re connut plus t√īt de par la gu√©rison d'un moi ancien, son nettoyage en puret√© et sa haute mont√©e √©nerg√©tique, me permettent aujourd'hui de pouvoir vivre dehors sans probl√®me. Mais j'ai appris qu'il ne fallait en aucun cas essayer de reproduire une exp√©rience pass√©e. Tout sera toujours diff√©rent et nouveau. 
Beaucoup diront que je suis sdf, je dis juste sans domicile, car qu'est-ce que fixe ? Je pourrais dire √©galement sans domicile dur, c'est-√†-dire pas entre 4 murs, car la nature est chez moi. En v√©rit√©, la nature c'est chez tous. Mais on a oubli√©, perdu √ßa en soi. Et √ßa peut faire peur, alors que la nature est notre meilleur alli√©. 
Donc que dire ? Les sadh√Ľs n'ont pas de probl√®me pour dire qui ils sont, √ßa se voit et personne n'a de probl√®me avec √ßa. Mais ici en Occident, y a pas de sadh√Ľ, que des sdf, des gens qu'ont m√©prise, qu'on √©vite, qu'on ne veut pas voir. Parce que la soci√©t√© moderne mat√©rielle de consommation les identifie ainsi et √©videmment, ils ne savent pas faire autrement ayant grandi l√†-dedans. Ils se rejettent eux-m√™mes, sont sales et boivent. Pour eux leur situation est un √©chec, donc ils pensent √™tre un √©chec. Pourtant...
Pourtant ce n'est pas la situation le problème, ce n'est pas la condition matérielle, ce sont toutes ces croyances, comme moi quand j'ai fini en béquilles par trop de spiritualité.
On peut se sortir de tout, pour peu qu'on reconsidère les choses pour ce qu'elles sont réellement, et faire d'un être faible, un être fort même dans la même situation. Alors évidemment, c'est là que la situation change.
Une victoire puissante n'est pas une option et il n'y aura pas d'autre alternative.