Vivre dehors est la vraie vie.
Elle serait la plus simple et bénéfique sans la suprématie matérielle de l'Ombre et sa dictature (résultat d'une société malade, dégénérée, peureuse et obéissante). De ce fait, elle est la plus dure.
Je parle de vivre dehors en ville, tout en restant classe, sportif et gentleman. Vivre dans la nature est tr√®s facile √† c√īt√©. L√†, √ßa demande soit de faire venir une grande force, soit de d√©p√©rir.
La misère matérielle ou pauvreté matérielle ce sont les sociétés humaines, les villes, non pas le fait d'être pauvre.
Cepenpant, conqu√©rir la Mati√®re est l'exp√©rience supr√™me de l'√Ęme.

Prestations :

Programmes de développement :
programme master programme vivre dehors en ville et réussir programme eili3

Livres spirituels ebook/papier :

30 décembre 2022

Situation

Et dire qu'il y a 10 ans pile, je marchais p√©niblement avec des b√©quilles car j'avais trop abus√© de spiritualit√©... 
Chaque pas m'√©tait douloureux, j'avan√ßais au ralenti, comme un vieillard, ayant d√©laiss√© le corps, la mati√®re. 
Et dire que maintenant, je suis un guerrier, ayant complètement intégré sa force et énergie reptilienne (un des moi universel), l'ombre la plus totale, au service de la vie mais pas au service de l'ego. Personne ne me domine. Je domine ma vie.
Il y a 12 ans, apr√®s l'√©tat de Lumi√®re, innocent, pur, la connaissance a pris la rel√®ve et ce sont les enseignements les plus puissants mais √©galement les plus dangereux qui ont √©t√© mes ultimes croyances. 
Les croyances impactant l'√™tre au niveau √©nerg√©tique, l'√©tat de sadh√Ľ √©tait pour moi la plus grande des r√©alisations. Mais le corps n'a pas tenu. Morphine, h√īpital et plusieurs mois √† pouvoir remarcher. 
De l√† j'ai dit stop et j'ai repris le sport. C'√©tait en 2012. L'union avec la Mati√®re, la moiti√© de soi-m√™me, que je venais de comprendre. 
Les enseignements que j'avais fait miens, n'√©taient que la moiti√© de la r√©alit√©, m√™me si justes et puissants. 
La puret√© √©branl√©e, le masculin fautif et le f√©minin ni√©, il me fallait reconsid√©rer la v√©rit√©. Le corps a √©t√© le ma√ģtre. 
10 ans de retraites spirituelles dans les for√™ts, cherchant l'√©tat parfait de Lumi√®re connut plus t√īt de par la gu√©rison d'un moi ancien, son nettoyage en puret√© et sa haute mont√©e √©nerg√©tique, me permettent aujourd'hui de pouvoir vivre dehors sans probl√®me. Mais j'ai appris qu'il ne fallait en aucun cas essayer de reproduire une exp√©rience pass√©e. Tout sera toujours diff√©rent et nouveau. 
Beaucoup diront que je suis sdf, je dis juste sans domicile, car qu'est-ce que fixe ? Je pourrais dire √©galement sans domicile dur, c'est-√†-dire pas entre 4 murs, car la nature est chez moi. En v√©rit√©, la nature c'est chez tous. Mais on a oubli√©, perdu √ßa en soi. Et √ßa peut faire peur, alors que la nature est notre meilleur alli√©. 
Donc que dire ? Les sadh√Ľs n'ont pas de probl√®me pour dire qui ils sont, √ßa se voit et personne n'a de probl√®me avec √ßa. Mais ici en Occident, y a pas de sadh√Ľ, que des sdf, des gens qu'ont m√©prise, qu'on √©vite, qu'on ne veut pas voir. Parce que la soci√©t√© moderne mat√©rielle de consommation les identifie ainsi et √©videmment, ils ne savent pas faire autrement ayant grandi l√†-dedans. Ils se rejettent eux-m√™mes, sont sales et boivent. Pour eux leur situation est un √©chec, donc ils pensent √™tre un √©chec. Pourtant...
Pourtant ce n'est pas la situation le problème, ce n'est pas la condition matérielle, ce sont toutes ces croyances, comme moi quand j'ai fini en béquilles par trop de spiritualité.
On peut se sortir de tout, pour peu qu'on reconsidère les choses pour ce qu'elles sont réellement, et faire d'un être faible, un être fort même dans la même situation. Alors évidemment, c'est là que la situation change.
Une victoire puissante n'est pas une option et il n'y aura pas d'autre alternative.


29 décembre 2022

La voie

Il y a parfois des voies qui ne sont pas ou plus faites pour soi et on s'obstine là dedans, ne voyant pas clairement que tout indique la mauvaise voie (mal-être, perte d'énergie, problèmes extérieurs etc.).
Un des meilleurs exemples se trouve dans la Bhaghavad-Gita, ce r√©cit √©pique de l'hindouisme o√Ļ avant une guerre un des fr√®res de la famille royale est rempli de doutes, de soucis avec sa conscience, car il ne veut pas se battre, il ne veut pas tuer.
Il questionne Brahman et celui-ci lui dit de suivre sa nature. 
La raison, le cŇďur et la nature int√©rieure peuvent parfois poser un dilemme. Qui ou que suivre ?
La raison n'est pas bonne conseill√®re car elle provient du mental. N√©anmoins, elle d√©pend de la m√©moire de l'exp√©rience, qui elle, apporte sa dose de savoir. Mais le savoir sans le cŇďur n'est rien. Certains peuvent vivre toute leur vie dans la th√©orie sans ne plus jamais rien faire et se sentir tr√®s sup√©rieurs.
Par contre, le cŇďur sans suivre la nature int√©rieure devient faible. Il est soumis aux fluctuations √©motionnelles, se ferme, s'ouvre, se referme au gr√© des exp√©riences. Aucun contr√īle. 
Mais celui qui, au-del√† de tout se conna√ģt, n'agit plus sous l'impulsion bloqu√©e de la raison, ni sous l'emprise d'un cŇďur faible. Il puise sa force de sa v√©ritable nature dans l'instant pr√©sent, car tout change. 
Qui est-on l√† maintenant ? 
Il se peut qu'à une certaine époque il était bon de vivre en ermite, de fusionner avec les dimensions célestes, et il se peut que plus tard l'expérience d'un guerrier soit ce qui est le plus divin à vivre. Un guerrier conscient, puisant sa force de la Matière, un avec elle. Alors c'est juste et parfait. Ou bien c'est l'inverse ou le retour différemment, en plus grand.
Tout comme il est possible que ce ne soit plus dans la spiritualité que l'on peut continuer sa voie mais dans la vie matérielle. Et il y a obligatoirement quelque chose d'épanouissant à faire pour son évolution.
Quiconque vit sa spiritualité sans s'engager dans la vie matérielle tombera, aussi haut qu'il puisse monter.
Et quand il y a trop de stagnation, la vie amène inévitablement ce qu'il y a besoin de vivre, mais pas forcément de la bonne façon.
Il est bon de sonder le fond de son être, et ne pas essayer de vivre quelque chose qui n'est pas le soi du moment. Le corps est le meilleur guide, le meilleur indicateur. Plus le corps amplifie en énergie, plus il démontre que là est la voie.
Ne pas oublier que l'√©volution de l'√Ęme et sa force ne prennent pas racine dans la raison stagnante, voire conservatrice, ou depuis des limitations cardiaques, mais en agissant comme elle, en se mettant au diapason avec elle, et faire ce dont elle a envie, pour sa toute puissance, en se nourrissant en m√™me temps et de plus en plus de Mati√®re/Conscience.
--> Voir article Leurre de l'ego spirituel

25 décembre 2022

Alignement

L'alignement c'est ni plus ni moins que la voie du milieu dans le corps. Je vis en ville dans un matériel extrême et dors en pleine nature dans un matériel rudimentaire. Comment faire mieux pour trouver le parfait équilibre ? Le reste est dans la tête.
√ätre en paix avec les deux demande d'√™tre en paix avec son masculin et son f√©minin, dans toute sa verticalit√©, de l'ancrage jusqu'aux plans de lumi√®re. 
Si on a un probl√®me avec la mati√®re brute ou de l'autre c√īt√© les dimensions c√©lestes (√ßa coince).
J'ai été en colère contre les deux tour à tour au cours de cette vie. Même maintenant, je ne veux pas entendre parler de guides ou d'êtres de lumière. Ça ne m'intéresse pas.
Il se peut vraisemblablement, que lorsque je quitterai ce corps, je ne me retournerai devant aucun guide ou fant√īmes d'une soit disant famille qui m'attend (les reptiliens savent tr√®s bien se d√©guiser pour qu'on reste dans une de leur matrice 3D), ni d'√™tres all√©chants pour quelques exp√©riences, et passerai devant eux comme une fus√©e avec un majeur divin lev√© dans chaque main pour atteindre la Lumi√®re totale en per√ßant droit devant pour une trajectoire directe.
Mais voil√†, je sais une chose, et c'est √©crit dans R√©alisation Spirituelle en 2010, que la vie qui se fond dans la Lumi√®re, devient l'Universel puis l'Absolu. C'est alors le vide, le noir et la conscience qui se r√©veille dans un caillou. 
Comme je n'ai pas envie de tout recommencer depuis le début, il vaut mieux se fier à personne, aussi lumineux et éthéré soit-il, et explorer seul l'univers encore et encore, en incorporant tous ses corps universels et vivre sa voie du milieu sans s'identifier ou imiter aucun monde, aucune civilisation. On les est toutes mais elles ne sont pas soi. Aussi je ne suis pas un humain et ne veux pas l'être. C'est une expérience.
Ce qui veut dire au final, que je ne passerai pas devant aucun √™tre d√©sincarn√© aussi √©volu√© soit-il les majeurs lev√©s mais dans une parfaite indiff√©rence. Car on ne m'aura plus (les Starseeds sont de gros na√Įfs).
Et pour l'alignement, le m√™me vaut partout, aimer la mati√®re comme le ciel, √™tre en paix avec les deux. Alors un fluide s'active et inonde la colonne vert√©brale. On marche droit. Le regard est pr√©cis. L'action est juste. Et c'est √† trouver seul, un √©quilibre entre le faire et l'√™tre, entre l'Ombre et la Lumi√®re, entre son f√©minin et son masculin. 
Ainsi les exp√©riences de la Mati√®re sont l√† pour √ßa et co√Įncident parfaitement, puisque cr√©√©es depuis l'√©tat int√©rieur, elles s'ajustent et d√©filent devant soi. C'est sa propre Ňďuvre.
Le reste est une question de choix. 
On est donc sur cette Terre par choix, et ce qu'on vit se produit gr√Ęce √† une succession de choix, tant depuis nos pens√©es que depuis notre vibration mol√©culaire. Cependant, aucun ne vit la m√™me voie du milieu et ne peut l'atteindre de la m√™me fa√ßon.

24 décembre 2022

Festin


Le repas de No√ęl que j'ai choisi.
Rien envie d'autre. Galette de soja √† la proven√ßale. C'est plut√īt bon.
Il faut remercier pour ce qu'on a. D'autres n'ont rien et en sont malheureux. 
À midi après le sport, un régal avec un bon avocat, entre autre, et un jus 100% multifruits.
Il est 21h25, une m√©ditation et je vais me coucher. 
Le soir, ma vie c'est le top.

Être dans le bien-être est facile et sans effort, ça ne demande rien.
Être dans le mal-être est difficile et demande des efforts, voire beaucoup.
La société humaine a choisi d'en faire beaucoup pour y être et à inverser complètement les notions de réussite, pour la simple et bonne raison qu'elle est un échec sans le savoir. Ainsi pour elle, sa réussite c'est de prospérer dans ce sens, en en faisant toujours plus.
Dans trop d'agitation, le mental est instable, hors contr√īle, il cr√©e de la souffrance par ses propres pens√©es et est attir√© par de la mauvaise nourriture (ce sont des efforts). D√©connect√©, le virtuel est devenu la Vie ou le Dieu, alors qu'il est la Mort, entra√ģnant l'humanit√© dans la robotisation (et c'est un libre arbitre). Le virtuel, c'est aussi la t√©l√© et le t√©l√©phone. C'est pourquoi, il y a le corps vide √† la vaccina 5jets (iaconnect√© et d√©connactable).

R√©ussir, c'est aussi pouvoir se faire un repas de No√ęl ou du Nouvel An comme √ßa, froid, seul dehors, et appr√©cier compl√®tement, en √©tant dans le pr√©sent, sans d√©faillance mentale. C'est-√†-dire, sans se faire souffrir par des pens√©es. 
Réussir, c'est aussi vivre dans la nature, y retrouver sa vraie nature, par conséquent redevenir civilisé et finalement s'apercevoir qu'on a besoin de rien.
On peut n'avoir rien et en être malheureux, ou avoir rien et être satisfait, ou apprécier le peu et trouver que c'est grand.
Sans effort, c'est le bien-être. Mais comme la rivière, comme l'arbre, il doit y avoir mouvement.
Manger mal, fumer, boire, penser mal, les √©crans, trop faire, c'est faire des efforts pour souffrir, pour le mal-√™tre. Et quand on souffre, on est dans le faux. Pourtant, c'est l'hymne de la soci√©t√© humaine. 
Alors il vaut mieux se faire un festin comme √ßa, dehors avec la vie, que des plateaux repas devant une t√©l√© sans plus rien appr√©cier vraiment, et finir d√©go√Ľt√© du trop.

22 décembre 2022

Changement à venir

Depuis cette vue, on peut entendre le bruit que fait l'enfer


13 décembre 2022

Force tranquille


Les secrets de l'état parfait même dans une vie imparfaite sont une question de maturité, de compréhension et de transformation. Cela se fait tranquillement.

5° degr√© √† l'ext√©rieur 18h30. Il fait bon apr√®s 4h dehors. Je mets de temps en temps les mains dans les poches. Mes pieds sont froids et humides. Mais je ne sens rien, que de la chaleur √† partir du centre.
Depuis plus de 6 mois, j'ai fait venir beaucoup de force en plus. Comme un combattant mma. J'ai toujours gard√© l'entra√ģnement para. Ainsi le corps reste chaud. Ici, c'est ce qu'il faut, pour la pratique mais aussi pour la victoire dans cette ... de mati√®re artificielle.
Comme chaque matin, je cours en short tee-shirt, qu'il neige ou qu'il pleuve, au Canal de Gairaut. Le corps a bien plus de puissance et de r√©sistance qu'on l'imagine. Et l'esprit bien utilis√© fortifie le corps. Venant des Pyr√©n√©es-Atlantiques, o√Ļ il pleut 6 mois de l'ann√©e, je suis habitu√© au froid et √† la pluie. 
J'aime voir les fum√©es de chaleur que produit ce corps dans le froid apr√®s 1h de course et le bien-√™tre que cela procure ensuite. 
Je dis bonjour à quelques habitués. Mais ceux qui veulent me saluer, c'est avec plaisir.
Pour ma part la pratique, je la développe dans le pdf de la Pratique RD.
Trois points essentiels : sport, méditation, nourriture. Mais il n'y a pas que ça.
Et les trois meilleurs alli√©s dans la vie :  humour, nature et soleil.

Il faut se renforcer pour passer l'hiver dehors.
Et quand on a froid, il suffit de faire des squats, des pompes ou du gainage et on a chaud en 2 minutes. Même la méditation réchauffe.

09 décembre 2022

Depuis la fenêtre


Vue depuis l'intérieur de la tente après une nuit entière de pluie. J'attends une accalmie pour rejoindre ma voiture à 20 minutes de marche.

Non identifi√© √† la condition mat√©rielle ext√©rieure, ma condition mat√©rielle est en moi. C'est vivant et changeant, depuis un point fixe o√Ļ l'√©tendue √©nerg√©tique op√®re dans les zones de besoin et de remplissage √† 360° sph√©riquement pour la conqu√™te universelle du point fixe.
Il est également largement mieux de dormir tranquille dans la nature, qu'entouré de bruits, d'ondes électromagnétiques et dans des habitations déconnectées de la Terre, entre 4 murs comme un prisonnier.
Bien s√Ľr, quand on a des enfants les choses ne sont pas pareilles. Il leur faut du confort, de la chaleur, de quoi cuisiner pour eux etc. Alors on peut y amener de la joie dans ces endroits. 
Bien entendu, pour pouvoir accueillir ma fille, j'aurai une de ces habitations, qu'on essayera d'embellir. 

Réussir chaque jour.
Conqu√©rir tranquillement la Mati√®re avec force constante. 

04 décembre 2022

Le message était le coussin

Certaines choses se r√©v√®lent parfois au bout d'un certain temps, toujours quand le fruit est m√Ľr. Et l'on peut dormir sur ces choses qui ne demandaient qu'√† offrir leur message r√©v√©lateur. 
Un livre "La m√©ditation m'a sauv√©" m'am√®ne √† reconsid√©rer mon exp√©rience, comment elle est vu. Une prise de conscience fait basculer l'√©tat et ouvre la voie. Alors machinalement, je soul√®ve la fine couverture repli√©e pour regarder √† nouveau le titre du livre en dessous qui sur√©levait ma t√™te. Oui c'est bien √ßa : Sur les traces de Siddharta. Et j'y dormais dessus depuis 2 ans. 
La vie me montre que qu'importe l'exp√©rience, l'√©volution suit son cours et que c'est la bonne voie. Tel que Siddharta conna√ģt l'exp√©rience de la richesse et de la pauvret√© avant de s'illuminer dans la voie du milieu, je fais une exp√©rience aussi riche dans ce qui est travers√© et qu'il faut garder confiance. Tout est juste et parfait.
La soci√©t√© mat√©rielle v√©cue d'en dedans entra√ģne √† penser et se comporter comme autrui. Si l'on ne suit pas la "norme" ou bien qu'on ait peu de moyen, qu'on vit en marge, alors on finit par se juger et se qualifier de noms que porte cette soci√©t√© sur les marginaux, exclus ou rebelles. Mais il n'y a rien de tout √ßa. On n'est pas √ßa. Au contraire, un chemin hors des sentiers battus est exemplaire. Trouver seul sa voie. Pers√©v√©rer dans ce qui est le mieux pour soi. 
Ma vie dehors a √©t√© riche, puissante, difficile, pleine de le√ßons, de force, de courage mais aussi de d√©sespoir, d'apitoiement et de mis√®re. J'avais perdu la foi. Il m'a √©t√© trop dur de tenir encore et encore. Trop dur de porter mon sac, de marcher sous la pluie, de rentrer seul le soir, d'affronter trois hivers, de conduire tous les jours dans cette ville, de ne plus avoir ma fille aupr√®s de moi, de parfois compter mes pi√®ces pour m'acheter du pain etc. Mais √ßa c'√©tait avant. 
Oui cela m'a bien souvent été trop dur à vivre chaque jour. Alors doucement la conscience est descendue dans le moi-inférieur jusqu'à que je me redresse à nouveau.
Puis on tombe sur des gens qui nous font du bien au cŇďur, on croise des fleurs magnifiques aux senteurs envo√Ľtantes, on est r√©chauff√© par le soleil et sa lumi√®re majestueuse accompagne la journ√©e. On se fait un r√©gal de fruits sauvages ou bien c'est le rire des enfants qui soulage et transforme.
Vient un temps alors o√Ļ tout change. Ce n'est plus la mis√®re, ce n'est plus l'exclusion, la pauvret√© ou la peine. C'est v√©cu autrement, d'une fa√ßon positive, d'une fa√ßon reconnaissante et gratifiante. Ce n'est plus rejet√© ou m√©pris√©, c'est accept√© avec gr√Ęce. Et dans ce d√©nouement, je rends hommage pour tout ce que j'ai, tout ce que j'ai pu vivre, tout ce qui m'entoure et les gens que j'ai rencontr√©.
Un rendez-vous ce matin au Centre de domiciliation et tout est parfait. Finalement il m'a fallu sortir de mon vrai soi pour vivre une expérience qui fait évoluer mon vrai soi.
Dans la réalité la pauvreté extérieure n'existe pas. Même avec une tente pour toit je suis riche. Et je sais que cette expérience, comme toutes les autres, me servira pour plus tard.